le Phacomochère

 

La Provence Rhodanienne avait le Drac, la Tarasque et la bête du Vaccarès.
Le Var peut s’enorgueillir lui aussi de posséder de nombreux animaux mythiques et terrifiants, comme le Serpent de La Garde, la Bête de Pignans, le Sanglier de Varages ou le fameux Phacomochère d’Espigoule.

Ce dernier fut observé tout au long de l’histoire, surtout dans le nord du département, les soirs de pleine lune. Son allure effrayante (*) proviendrait, selon la croyance populaire, d’un croisement contre nature entre un sanglier et un loup, alliant la force de l’un à la férocité de l’autre. Bête imposante de plus d’un mètre au garrot et pesant dans les 300 kg, véritable fossile vivant, il serait, selon des études récentes, le descendant plus ou moins direct du terrible Entélodon préhistorique.

Le nom de phacomochère est apparu au début du XIXe siècle sous la plume d’Auguste Dumeril, proche collaborateur du naturaliste Cuvier. Ayant eu vent de l’existence de l’animal, il le plaça inconsidérément, sans vérification et sans l’aval de son patron, dans la classification des animaux, sur une branche obscure des suidae, entre le phacochère et le potamochère, d’où son nom de phacomochère. L’erreur ne fut jamais corrigée…

Son aspect monstrueux, sa rareté et même les doutes sur son existence, ont de tout temps inspiré les artistes et passionné les chercheurs. Signalé dès l’Antiquité, il apparaît dans la mythologie sous les patronymes de Sanglier de Calydon ou bien Sanglier d’Erymanthe vaincu par Héraclès. Les archives sont rares, mais on peut retrouver, plus près de nous, dans une chronique médiévale, qu’en l’an 1313, un sanglier énorme et féroce semait la terreur aux abords du village de Varages. Un soir de janvier de cette année-là, alors qu’il neigeait abondamment, Alcide Pellissier, chasseur émérite, surprit la bête et parvint à lui arracher ses deux énormes défenses avant de le ramener au village. Cet événement est encore commémoré de nos jours durant une fête où un sanglier de bois défile au son des fifres et des tambours, entouré d’une cohorte de sauvages et de chasseurs. Varages étant très proche d’Espigoule, il est probable que cette bête ait été un phacomochère.

On retrouve également sa trace chez la plupart des auteurs provençaux. Mistral, dans Calendal, son poème épique, en fait le gardien féroce des bois de la Fée Estérelle. Dans ses mémoires, Marcel Pagnol signale que le phacomochère, dans sa jeunesse, lui était présenté comme un croque-mitaine qui mordait les fesses des enfants désobéissants.

Selon la Prophétie d’Espigoule, une légende locale, la réapparition du phacomochère serait annonciatrice de catastrophes imminentes ou bien de grands et profonds bouleversements, porteurs de renouveau. C’est ainsi qu’il fut signalé en hiver 1719. Un retour qui précéda la Grande Peste de Marseille de 1720 et son cortège de malheurs. En 1944, il fut aperçu par des résistants dans le maquis quelques semaines avant le débarquement.

Le phacomochère a défrayé la chronique et ravivé les superstitions les plus archaïques quand il est réapparu à l’aube de l’an 2000, dans les environs d’Espigoule. Les massacres périodiques de troupeaux qu’on lui attribue ces dernières années ont attisé les conflits entre bergers, chasseurs et écologistes, et relancé le débat sur sa présence dans les bois. Certains témoins affirment même l’avoir vu rôder autour du village. Annonce-t-il une catastrophe qui engloutira le monde dans le chaos ou un événement porteur de renouveau ? L’avenir nous le dira…

 

* Homère mentionne simplement « un sanglier sauvage, un solitaire aux dents blanches », tandis qu’Ovide décrit « un sanglier si énorme que l’Épire herbeuse n’a pas de taureaux plus grands (…) », et parle de « soies aussi raides que des javelines [qui] hérissent son cou ; tandis qu’il pousse de rauques grognements, une écume brûlante coule de ses larges épaules ; ses dents égalent celles de l’animal indien ; la foudre sort de sa gueule ; son souffle embrase le feuillage. »

copyright (C. Philibert – J. Dussart)

 

Ecoutez ce documentaire audio sur le Phacomochère  (extrait du site les nuits de la Phaune) :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Pour en savoir plus sur le phacomochère d’Espigoule cliquez sur la page Wikipédia

Suite à un débat animé, la page Wikipédia sur le phacomochère à été mise hors ligne.
En effet, l'affrontement entre ceux qui défendent et ceux qui renient sont existence 
a eu raison de la page en question.

Si vous avez des témoignages ou des documents concernant cet animal mythique, merci de nous les adresser ci-dessous ou via notre page contact.

Nos autres pages
Abonnement Newsletter